L’association

Des avocats des Barreaux de Nice et Grasse et des experts judiciaires de l’Ucejam se sont regroupés pour créer « Alpes Maritimes Médiation », association qui depuis 2013 est ouverte aux médiateurs issus de tous horizons professionnels. | nos statuts |

Siège social Nice
Maison des Associations Nice Est – 50 bd Saint Roch 06300 NICE
Bureau d’accueil et Adresse postale
105, Quai des Etats-Unis 06300 Nice 

Alpes Maritimes Médiation est membre de la Fédération Française des Centres de Médiation (FFCM)

Annuaire FFCM

Code de déontologie du Médiateur

Alpes Maritimes Médiation est un centre labellisé FFCM

Alpes Maritimes Médiation est adhérente à l’Association Nationale des Médiateurs (ANM).

Elle est inscrite sur la Liste des Médiateurs de la Cour d’Appel d’Aix- en-Provence et adhérente à l’Union des Médiateurs près la Cour d’Appel d’Aix-en-Provence (UMEDCAAP).

Des hommes et des femmes, riches d’une réelle expérience professionnelle dans leur domaine d’activité et ayant reçu une formation spécifique, sont à votre disposition pour vous accompagner dans la recherche d’une solution positive par le biais de la médiation, qu’elle soit conventionnelle ou judiciaire.

Par ailleurs, certains médiateurs membres d’AMM figurent sur la plateforme de Médiation des Entreprises de la Métropole Nice Côte d’Azur. Alpes Maritimes Médiation est adhérente à l’UPE06.

Alpes Maritimes Médiation peut être saisie :

Pour une médiation conventionnelle :

– Par votre sollicitation directe : si vous souhaitez régler un litige par un accord amiable, en dehors de tout procès ou en marge d’une procédure, Alpes-Maritimes Médiation vous proposera un médiateur et invitera l’autre partie à participer au processus de médiation. Une convention de médiation prévoyant les conditions dans lesquelles se déroulera la médiation sera alors signée par les parties.

Pour une médiation judiciaire :

– Par le juge lui-même : le juge peut ordonner une médiation, lorsqu’elle a été proposée par une des parties ou par l’ensemble des parties ou lorsque le juge a pris lui-même l’initiative de la proposer et si les parties acceptent le recours à ce processus.

La médiation doit être effectuée dans un délai de 3 mois à compter de la date indiquée par le juge, délai renouvelable 1 fois.

En cas d’échec, l’instance reprend. En cas de succès, le protocole d’accord peut être soumis au juge pour homologation lui conférant force exécutoire.